Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates
    0 0

    Source: Institute for Security Studies, Oxford Research Group, International Campaign to Ban Landmines, Cluster Munition Coalition, Handicap International, Human Rights Watch, Mines Advisory Group, Physicians for Human Rights, Norwegian People's Aid, Acronym Institute, Women's International League for Peace and Freedom, Green Cross International, Action on Armed Violence, IKV Pax Christi, Center for Civilians in Conflict
    Country: World

    Nations Should Step Up ‘Humanitarian Disarmament’

    31 Groups Urge More Protection for Civilians From Armed Violence

    (New York, October 24, 2012) – Governments should increase efforts to achieve strong disarmament initiatives driven by humanitarian concerns, Human Rights Watch and 30 other nongovernmental organizations said in a communiqué issued today.

    “All governments should step up their efforts to advance humanitarian disarmament and improve protection of civilians from the harmful effects of armed violence,” said Steve Goose, arms director at Human Rights Watch. “To succeed in this objective, civil society needs to be allowed to play a substantive role in the process.”

    Some of the priorities for Human Rights Watch are to ensure that the prohibitions on antipersonnel mines and cluster munitions are respected by all, to strengthen weak international rules on incendiary weapons such as napalm and white phosphorus, and to stop the development of fully autonomous weapons – “killer robots” – that could select and engage targets without human intervention.

    On the occasion of the 20th anniversary of the International Campaign to Ban Landmines, 90 representatives from nongovernmental organizations and coalitions gathered in New York City for a Humanitarian Disarmament Campaigns Summit convened by Human Rights Watch. These civil society representatives work in a variety of fields with the shared objective of protecting civilians from the harmful effects of armed violence.

    The communiqué calls for strong disarmament initiatives driven by humanitarian concerns to strengthen international law and protect civilians.

    “There is unfortunately no shortage of work needed to advance humanitarian disarmament,” Goose said.

    Human Rights Watch is a founding member of the International Campaign to Ban Landmines, which received the 1997 Nobel Peace Prize together with its coordinator Jody Williams, for its efforts to bring about the Mine Ban Treaty and for its contributions to a new international diplomacy based on humanitarian imperatives.

    To read more Human Rights Watch reporting on arms, please visit: http://www.hrw.org/en/category/topic/arms

    For the Communiqué of the Humanitarian Disarmament Campaigns Summit, please visit: http://www.4disarmament.org/2012/10/23/humanitarian-disarmament-campaigns-summit/#more-690


    0 0

    Source: Institute for Security Studies, Oxford Research Group, International Campaign to Ban Landmines, Cluster Munition Coalition, Handicap International, Human Rights Watch, Mines Advisory Group, Physicians for Human Rights, Norwegian People's Aid, Acronym Institute, Women's International League for Peace and Freedom, Green Cross International, Action on Armed Violence, IKV Pax Christi, Center for Civilians in Conflict
    Country: World

    Communiqué

    Nous représentons des organisations non gouvernementales et des coalitions engagées dans le désarmement humanitaire, avec comme objectif commun de protéger les civils des effets néfastes de la violence armée. Nous sommes réunis à l’occasion du 20 e anniversaire de la création de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL), lauréate du Prix Nobel de la paix 1997, pour échanger, pour renforcer notre travail commun, et pour agrandir et unir notre communauté.

    Nous soutenons les initiatives de désarmement guidées par les impératifs humanitaires et visant à renforcer le droit international et à protéger les civils. En faisant avancer le désarmement d’un point de vue humanitaire, nous voulons empêcher de futures victimes civiles, éviter les dégâts socio-économiques, ainsi que protéger et soutenir les droits des victimes.

    L’histoire a montré que les réussites les plus importantes et significatives dans le domaine du désarmement sont guidées par des impératifs humanitaires, et fondées sur la nécessité d’atteindre les standards les plus ambitieux et clairs. Ces initiatives ont été possibles grâce à une franche coopération et un fructueux partenariat entre gouvernements, organisations internationales et société civile. Elles ont abouti à l’interdiction complète de certains types et classes d’armes qui causent des dommages inutiles, comme les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions.

    Les succès atteints dans le domaine du désarmement humanitaire sont rarement le résultat de décisions prises par consensus, mais plutôt le fruit de la ferme volonté d’une écrasante majorité. Cette approche contraste fortement avec les processus dans lesquels un petit nombre d’Etats souhaitant le minimum de résultats peut bloquer les progrès souhaités par le plus grand nombre. La société civile joue un rôle crucial dans le domaine du désarmement humanitaire. Notre travail de recherche et de surveillance fournit des informations crédibles et directes sur l’utilisation d’armes et les dommages flagrants qu’elles causent aux populations civiles. Nos actions de plaidoyer conduisent à la création et à la mise en œuvre de hauts standards nationaux et internationaux. Nos programmes dans les pays affectés protègent les civils, soutiennent la reconstruction post-conflit, et préviennent et réduisent la violence armée.

    Nous saluons les progrès considérables que représentent les actuels traités internationaux de désarmement humanitaire, mais appelons à une vigilance constante pour s’assurer du respect, de la mise en œuvre pleine et effective et de l’universalisation de ces instruments.

    Le monde fait face à plusieurs défis émergents ou récurrents liés au désarmement humanitaire, défis auxquels il faut s’attaquer au plus vite. Mais nous ne pouvons pas le faire seuls.

    C’est pourquoi nous demandons à tous les acteurs de rester mobilisés pour le bon fonctionnement des traités existants de désarmement humanitaire, et d’utiliser toute opportunité pour faire progresser le droit international et les pratiques protégeant les civils.
    Nous appelons tous les Etats à:

    • S’attaquer avec détermination aux questions existantes et émergentes liées au désarmement humanitaire, en passant en revue et renforçant les politiques et pratiques, en mettant en place des mesures nationales, et en intensifiant l’engagement diplomatique et le leadership politique;

    • Reconnaitre que, dans le domaine du désarmement humanitaire, il est possible de parvenir à de meilleurs résultats diplomatiques en s’appuyant sur la volonté d’une grande majorité d’Etats participants;

    • Affirmer le rôle vital joué par la société civile quant aux questions de désarmement humanitaire, et accorder une place importante aux représentants de la société civile dans les processus multilatéraux.


    0 0

    Source: Institute for Security Studies, Oxford Research Group, International Campaign to Ban Landmines, Cluster Munition Coalition, Handicap International, Human Rights Watch, Mines Advisory Group, Physicians for Human Rights, Norwegian People's Aid, Acronym Institute, Women's International League for Peace and Freedom, Green Cross International, Action on Armed Violence, IKV Pax Christi, Center for Civilians in Conflict
    Country: World

    Nations Should Step Up ‘Humanitarian Disarmament’

    31 Groups Urge More Protection for Civilians From Armed Violence

    (New York, October 24, 2012) – Governments should increase efforts to achieve strong disarmament initiatives driven by humanitarian concerns, Human Rights Watch and 30 other nongovernmental organizations said in a communiqué issued today.

    “All governments should step up their efforts to advance humanitarian disarmament and improve protection of civilians from the harmful effects of armed violence,” said Steve Goose, arms director at Human Rights Watch. “To succeed in this objective, civil society needs to be allowed to play a substantive role in the process.”

    Some of the priorities for Human Rights Watch are to ensure that the prohibitions on antipersonnel mines and cluster munitions are respected by all, to strengthen weak international rules on incendiary weapons such as napalm and white phosphorus, and to stop the development of fully autonomous weapons – “killer robots” – that could select and engage targets without human intervention.

    On the occasion of the 20th anniversary of the International Campaign to Ban Landmines, 90 representatives from nongovernmental organizations and coalitions gathered in New York City for a Humanitarian Disarmament Campaigns Summit convened by Human Rights Watch. These civil society representatives work in a variety of fields with the shared objective of protecting civilians from the harmful effects of armed violence.

    The communiqué calls for strong disarmament initiatives driven by humanitarian concerns to strengthen international law and protect civilians.

    “There is unfortunately no shortage of work needed to advance humanitarian disarmament,” Goose said.

    Human Rights Watch is a founding member of the International Campaign to Ban Landmines, which received the 1997 Nobel Peace Prize together with its coordinator Jody Williams, for its efforts to bring about the Mine Ban Treaty and for its contributions to a new international diplomacy based on humanitarian imperatives.

    To read more Human Rights Watch reporting on arms, please visit: http://www.hrw.org/en/category/topic/arms

    For the Communiqué of the Humanitarian Disarmament Campaigns Summit, please visit: http://www.4disarmament.org/2012/10/23/humanitarian-disarmament-campaigns-summit/#more-690


    0 0

    Source: Institute for Security Studies, Oxford Research Group, International Campaign to Ban Landmines, Cluster Munition Coalition, Handicap International, Human Rights Watch, Mines Advisory Group, Physicians for Human Rights, Norwegian People's Aid, Acronym Institute, Women's International League for Peace and Freedom, Green Cross International, Action on Armed Violence, IKV Pax Christi, Center for Civilians in Conflict
    Country: World

    Communiqué

    Nous représentons des organisations non gouvernementales et des coalitions engagées dans le désarmement humanitaire, avec comme objectif commun de protéger les civils des effets néfastes de la violence armée. Nous sommes réunis à l’occasion du 20 e anniversaire de la création de la Campagne internationale pour interdire les mines (ICBL), lauréate du Prix Nobel de la paix 1997, pour échanger, pour renforcer notre travail commun, et pour agrandir et unir notre communauté.

    Nous soutenons les initiatives de désarmement guidées par les impératifs humanitaires et visant à renforcer le droit international et à protéger les civils. En faisant avancer le désarmement d’un point de vue humanitaire, nous voulons empêcher de futures victimes civiles, éviter les dégâts socio-économiques, ainsi que protéger et soutenir les droits des victimes.

    L’histoire a montré que les réussites les plus importantes et significatives dans le domaine du désarmement sont guidées par des impératifs humanitaires, et fondées sur la nécessité d’atteindre les standards les plus ambitieux et clairs. Ces initiatives ont été possibles grâce à une franche coopération et un fructueux partenariat entre gouvernements, organisations internationales et société civile. Elles ont abouti à l’interdiction complète de certains types et classes d’armes qui causent des dommages inutiles, comme les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions.

    Les succès atteints dans le domaine du désarmement humanitaire sont rarement le résultat de décisions prises par consensus, mais plutôt le fruit de la ferme volonté d’une écrasante majorité. Cette approche contraste fortement avec les processus dans lesquels un petit nombre d’Etats souhaitant le minimum de résultats peut bloquer les progrès souhaités par le plus grand nombre. La société civile joue un rôle crucial dans le domaine du désarmement humanitaire. Notre travail de recherche et de surveillance fournit des informations crédibles et directes sur l’utilisation d’armes et les dommages flagrants qu’elles causent aux populations civiles. Nos actions de plaidoyer conduisent à la création et à la mise en œuvre de hauts standards nationaux et internationaux. Nos programmes dans les pays affectés protègent les civils, soutiennent la reconstruction post-conflit, et préviennent et réduisent la violence armée.

    Nous saluons les progrès considérables que représentent les actuels traités internationaux de désarmement humanitaire, mais appelons à une vigilance constante pour s’assurer du respect, de la mise en œuvre pleine et effective et de l’universalisation de ces instruments.

    Le monde fait face à plusieurs défis émergents ou récurrents liés au désarmement humanitaire, défis auxquels il faut s’attaquer au plus vite. Mais nous ne pouvons pas le faire seuls.

    C’est pourquoi nous demandons à tous les acteurs de rester mobilisés pour le bon fonctionnement des traités existants de désarmement humanitaire, et d’utiliser toute opportunité pour faire progresser le droit international et les pratiques protégeant les civils.
    Nous appelons tous les Etats à:

    • S’attaquer avec détermination aux questions existantes et émergentes liées au désarmement humanitaire, en passant en revue et renforçant les politiques et pratiques, en mettant en place des mesures nationales, et en intensifiant l’engagement diplomatique et le leadership politique;

    • Reconnaitre que, dans le domaine du désarmement humanitaire, il est possible de parvenir à de meilleurs résultats diplomatiques en s’appuyant sur la volonté d’une grande majorité d’Etats participants;

    • Affirmer le rôle vital joué par la société civile quant aux questions de désarmement humanitaire, et accorder une place importante aux représentants de la société civile dans les processus multilatéraux.